Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/THOMAS-LE-JUMEAU-DES-CROYANTS
      THOMAS, LE JUMEAU DES CROYANTS

THOMAS, LE JUMEAU DES CROYANTS

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 10 avril 2018
  • réagir

La foi en la Résurrection de Jésus a posé aux apôtres une difficulté réelle que les évangiles n’ont pas occultée.


Saint Marc, par exemple, est très clair quand il écrit à la fin de son évangile : « Jésus leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient contemplé ressuscité. » (Mc 16, 14 ; cf. aussi Lc 24, 11 ; 25, 41) Pour les disciples, ce ne fut donc pas quelque chose d’immédiat mais tout un chemin de foi parcouru en avançant.
Thomas semble être parmi les apôtres la figure autour de laquelle se cristallise cette difficulté à croire. Il faut préciser que Thomas ne doute pas mais qu’il refuse plutôt de croire : « Cesse d’être incrédule », lui dit Jésus. En effet, celui qui doute croit déjà d’une certaine manière. Son doute vient du fait qu’il interroge sa foi ou que sa foi est interrogée par les événements de la vie et de l’histoire. Le doute apparaît comme l’ombre encore existante qui rappelle qu’il faut continuer à chercher la lumière. Il est donc le commencement d’une recherche, d’un nouveau chemin dans la foi. L’incrédulité peut aussi n’être qu’un point de passage comme l’atteste l’expérience de Thomas.
Mais qui est-il vraiment Thomas, cet apôtre de Jésus à qui nous donnons bien souvent la seule réputation de celui qui ne croit pas sans voir ? Il nous arrive de nous reconnaître en lui. Comme s’il était notre jumeau ! De fait, c’est ainsi qu’il est surnommé : « Didyme, c’est-à-dire Jumeau » (Jn 20, 24 ; 21, 2), sans que l’autre de la paire soit jamais nommé. Thomas n’est pas que l’homme incrédule d’un moment. L’évangile de saint Jean nous le présente sous différentes facettes dans lesquelles lui et nous pouvons être jumeaux.
Thomas est l’homme fort et résolu qui était prêt à risquer sa vie à la suite de Jésus. C’est en effet lui qui dit aux autres disciples au moment où Jésus se rendait auprès de Lazare à Béthanie : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! » (Jn 11, 16). C’est aussi Thomas qui veut suivre Jésus là où il s’en va ultimement, qui l’interroge sur le chemin qui y mène et qui va obtenir de lui cette réponse qui n’apparaît qu’une fois dans l’évangile : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jn 14, 6). C’est également Thomas qui, de manière unique, fera de sa profession de foi un acte d’adoration du Christ ressuscité dont il reconnaît la divinité : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn 20, 28). Fidèle, Thomas est là avec Pierre et d’autres quand Jésus les rejoint au bord du lac de Tibériade et les invite à déjeuner (Jn 21, 2)… En tout cela, soyons vraiment des jumeaux de Thomas. Bon temps pascal !
Père Pamphile DJOKPÉ

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

décembre 2018 :

Rien pour ce mois

novembre 2018 | janvier 2019

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour