Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Sainte-Marie-histoire
      Sainte-Marie (histoire)

Sainte-Marie (histoire)

Située au centre du fief de l’Olive, sa construction remonte, vraisemblablement
au 13e siècle


L’église Sainte-Marie, appelée au 18e siècle Notre-Dame de l’Assomption, date des 12e-13e siècles [1].

On remarque son aspect médiéval, avec son clocher trapu, octogonal, placé sur la partie centrale, sa mini-tour et ses contreforts massifs. Elle était située au centre de l’ancien fief de l’Olive (appelé le clos de l’Olive après la Révolution).

Pendant la Révolution, les bancs et tables portant des inscriptions de féodalité sont enlevés. Le culte est interrompu et ne reprendra qu’en 1802.

En 1809, pour des raisons d’économie, la Paroisse disparut et fut regroupée avec celle de Soisy.
L’église d’Eaubonne devient alors chapelle, mais les eaubonnais obtinrent que le culte y soit maintenu.
Au milieu du 19ème siècle, la population est plus nombreuse. Le Conseil Municipal demande à Napoléon III de rétablir la paroisse d’Eaubonne. Ce qui fut fait le 31 mai 1859, par décision du Conseil des Ministres.

Sur la partie nord, ainsi que l’atteste un plan de 1770 conservé aux Archives Départementales de Cergy, se trouvaient la maison du vicaire, son jardin, une chapelle extérieure et le cimetière. Celui-ci a été transféré à son emplacement actuel en 1847, grâce à un don du Général MERLIN [2], propriétaire du Petit Chateau.

En 1852, les bâtiments attenants à l’église (maison du vicaire et chapelle) sont démolis pour cause de vétusté.

Au cours du XXe siècle et après la construction du Sacré-Coeur, l’église paroissiale redeviendra chapelle.
Son état ne cessera de s’aggraver malgré les nombreux travaux d’entretien.
Avec la construction de l’église Notre Dame, la chapelle n’accueille plus alors que des réunions catéchistes ou des conférences.
Quelques célébrations pour les jeunes y ont encore lieu jusque vers 1985.

Depuis elle est utilisée comme remise, attendant patiemment la date de sa restauration (1990-1991).

Article suivant : Restauration de Sainte-Marie

Notes

[1Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, par l’Abbé LEBEUF, chanoine d’Auxerre, chapelain de la Collégiale du Saint-Sépulcre, rue St Denis à Paris

[2Général de cavalerie, comte d’Empire. Son nom est inscrit au côté sud de l’Arc de Triomphe de l’Etoile

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

juillet 2018 :

Rien pour ce mois

juin 2018 | août 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour