Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Resurrection-Reincarnation
        Résurrection ! Réincarnation ?

Résurrection ! Réincarnation ?

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 17 avril 2015
  • réagir

Pour être vraie et chrétienne, notre profession de foi doit sans cesse garder ou trouver son enracinement pascal. Car, disons-le sans hésiter, l’on n’est pas vraiment chrétien si l’on ne croit pas en la résurrection.


Cette vérité fondamentale de notre foi n’est ni équivalente ni interchangeable avec aucune autre. Cela dit, face à une doctrine comme celle de la réincarnation qui consiste en la transmigration des âmes, que faut-il penser ?

Notons d’abord que l’Ecriture n’ouvre pas la perspective d’un cycle de vies terrestres pour l’homme puisqu’elle dit que « le sort des hommes est de mourir une seule fois, puis de comparaître pour le jugement » (He 9,27). Pensons ensuite que la réincarnation est une thèse sérieuse dans des traditions religieuses comme l’hindouisme et le bouddhisme mais, à la lumière de la révélation chrétienne, elle dévoile des limites et ne peut ni répondre ni correspondre pleinement aux aspirations de l’homme et au dessein de Dieu.

Fondée essentiellement sur la loi dite du « karma » selon laquelle l’on récolte dans une vie ce que l’on a semé dans une vie antérieure, la réincarnation propose une explication du mal et du bien pour éveiller en l’homme le sens de la responsabilité morale. Par exemple : un handicap de naissance est compris comme une purification de fautes antérieures alors que des talents exceptionnels sont vus comme le bénéfice d’efforts consentis dans une autre vie. Et le cycle des réincarnations successives, variable, prépare, à terme, à la rencontre avec Dieu. Pourtant, en amont comme en aval, cette doctrine coupe l’homme de Dieu. Car, si en arrivant aujourd’hui sur terre ou en retournant un jour à Dieu, l’homme ne se charge que de ses mérites ou que du poids de ses fautes, que fait vraiment le Créateur et que reste-t-il du don et du pardon de Dieu ?

Nous aurions beau nous réincarner de nombreux siècles durant, nous ne serons jamais assez purs pour mériter par nous-mêmes de voir Dieu. Notre vie est toujours à recevoir comme un don de Dieu et notre sanctification comme une grâce (cf. 1Co 15, 10). Là où la doctrine de la réincarnation exalte vainement les forces de l’homme, la foi en la résurrection confesse humblement la puissance de la grâce de Dieu qui, collaborant avec notre liberté, transforme nos pauvres vies. Promis à la résurrection, nous avons reçu la meilleure part ; ne la perdons pas !

Père Pamphile DJOKPE

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

juillet 2018 :

Rien pour ce mois

juin 2018 | août 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour