Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Prenant-conscience-que-le-temps-presse
        Prenant conscience que le temps presse,

Prenant conscience que le temps presse,

découvrant l’urgence devant la proximité de la mort, parce qu’avancé en âge, un paroissien brave les obstacles qui le retenaient à distance des religions pour demander le baptême. Après une catéchèse sur les fondamentaux, le curé veut se rassurer au moins de l’essentiel avant de baptiser son paroissien :


- Le curé : sais-tu et crois-tu que Jésus est fils de Dieu, né de la Vierge Marie sous l’action de l’Esprit Saint ?
- Le vieux : c’est exact
- Le curé : sais-tu et crois-tu qu’il a souffert, qu’il est mort et que le troisième jour il est ressuscité des morts et est assis à la droite du Père ?
- Le vieux : c’est exact
-  Le curé : sais-tu et crois-tu qu’il reviendra un jour ?
- Le vieux : là, c’est une bêtise. Ce jeune homme qui a connu les souffrances de toutes ces couleurs jusqu’à la mort quand il était ici sur terre et qui, maintenant, est bien tranquille au ciel, reviendra ? Non, je ne crois pas. Et vous, monsieur le curé, vous croyez à cela ?

Cet entretien ressemble à celui de l’Evangile… Les disciples ne sont-ils pas bouleversés ? Espèrent-ils encore une présence réconfortante et édifiante de leur Maître après sa mort ? Ne sont-ils pas sceptiques d’un retour possible ? « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? (…) Montre-nous le Père ; cela nous suffit », répliquent désespérément les disciples.

« Moi, insiste Jésus, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause de mes œuvres elles-mêmes ». Dans le quotidien de notre vie et dans les situations qui sont les nôtres : enfants, jeunes ou vieux ; biens portants ou malades ; entourés ou isolés ; sous un abri ou sans abri ; sans emplois ou employés, etc. comment nous accueillons cette parole du Christ ? Comme aux disciples troublés, Jésus nous réaffirme que son départ vers le Père n’est pas une fuite mais, pour nous, un grand bien. Les épreuves ne manqueront pas, mais rien ne doit troubler notre espérance. S’il est « le Chemin », notre vie devient elle-même un chemin d’espérance. Alors, plus que jamais, son appel se fait entendre : « Croyez en moi ».

Comme les premières communautés, nous sommes invités à le fréquenter assidûment par la prière, par l’écoute de sa parole et par l’Eucharistie. Ce faisant, nous ferons les œuvres qu’il fait ; nous en ferons « même de plus grandes » : nous libérer et libérer l’humanité de l’emprise du Mal, être porteurs de la Bonne Nouvelle.

Père David Dacko Atchenemou

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

mai 2018 :

Rien pour ce mois

avril 2018 | juin 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour