Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Ma-joie-soit-en-vous
        « Ma joie soit en vous ! »

« Ma joie soit en vous ! »

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 9 mai 2015
  • réagir

Nous poursuivons aujourd’hui l’évangile de dimanche dernier où Jésus nous disait : « Moi je suis la vigne et vous les sarments… que mes paroles demeurent en vous… sans moi vous ne pouvez rien faire… » (chapitre 15 de l’évangile selon st Jean, à connaître par cœur !).


Aujourd’hui nous méditons « Demeurez dans mon amour… je vous dis cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite ». Jésus ne nous promet pas « la joie du monde » ou « la nôtre » ! Mais « sa » joie. On ne peut être chrétien et rester triste ! Comme aime le dire notre pape François dans la Joie de l’Evangile (n°6) : « Il y a des chrétiens qui semblent avoir un air de carême sans Pâques. Cependant je reconnais que la joie ne se vit pas de la même façon à toutes les étapes et dans toutes les circonstances de la vie, parfois très dure. Elle s’adapte et se transforme, et elle demeure toujours un rayon de lumière qui naît de la certitude personnelle d’être infiniment aimé, au-delà de tout ».

Perdre cette « joie d’être aimé de Dieu », c’est ce que la tradition spirituelle jusqu’à Saint Thomas d’Aquin appelle l’acédie. Vous ne savez pas ce que c’est ? C’est normal, on oublie d’en parler, au grand regret du pape Benoît XVI ! Si cela vous intéresse, lisez ce livre [1].

Qu’est-ce que l’acédie ? Dans la liste des 7 péchés capitaux, le terme a été remplacé par « la paresse ». Mais en fait, c’est bien plus profond et subtil. Deux définitions se rejoignent. D’une part, c’est une tristesse devant ce qui doit nous réjouir le plus : l’union à Dieu grâce à l’Amour du Christ. D’autre part ce péché d’acédie, brise l’élan de nos actions qui vise à atteindre ce but : nous unir à Dieu et à l’amour du prochain. Ce qui est exprimé dans « la paresse ». En d’autres termes, l’acédie est « la tristesse du bien Divin », c’est la perte du goût de vivre et de se savoir aimé de Dieu quel que soit notre péché ! Il nous conduit à la chute du dynamisme joyeux de la vie qui en découle, à un découragement général.

N’est-ce pas une maladie bien présente dans notre société française et d’Europe occidentale ? Et nous, ne sommes-nous pas atteints par cette « dépression spirituelle » qui fait que nous perdons la joie de l’Amour de Dieu (en nous plaignant trop souvent !). Ne sommes-nous pas « paresseux » dans les moyens de la prière pour nous emplir de son Amour pour mieux le rayonner ?

Marie, en ce mois où nous aimons te prier davantage : garde-nous dans la Joie d’être aimé de Dieu et de le rayonner autour de nous !
Père Gwénaël

Notes

[1« Le démon de Midi. L’Acédie, mal obscur de notre temps. »
de Dom JC Nault, éd. L’échelle de Jacob 16€ !
L’auteur, père abbé de Saint Wandrille, a reçu des mains du cardinal Ratzinger le prix « Henri de Lubac » pour sa thèse de doctorat sur l’Acédie.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour