Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Lettre-pastorale-de-Mgr-Riocreux
      Lettre pastorale de Mgr Riocreux

Lettre pastorale de Mgr Riocreux

"pour avancer au large"
En cette rentrée 2011, Mgr Riocreux propose 5 orientations dans sa lettre pastorale adressée à tous les catholiques du Val d’Oise


Lettre pastorale de Mgr Riocreux

Au début de cette année pastorale, heureux à la fois des JMJ de Madrid vécues avec un important groupe de jeunes du diocèse ainsi que du récent pèlerinage diocésain à Notre Dame de Pontoise, je vous adresse cette lettre pastorale.
Elle fait suite aux précédentes, notamment celle publiée en 2006 lors de l’année jubilaire des 40 ans de notre diocèse, qui donnait alors sept orientations prioritaires.

Pour introduire mon message, je souhaite reprendre une phrase de l’Evangile, celle choisie au début de ma mission épiscopale à Pontoise. “Duc in Altum”, “Avance au large”. Quelle belle devise tirée de l’Evangile de Luc (Lc 5,4) ! Curieuse coïncidence, elle précède la phrase choisie par le premier Evêque de Pontoise, Mgr André Rousset, inscrite sur le parvis de notre cathédrale Saint Maclou : “In Verbo autem tuo”, “Sur Ta Parole” (Lc 5, 5).

Reprenons ensemble cet Evangile. Au début de sa mission, après son séjour à Nazareth et son premier enseignement à Capharnaüm, une foule se rassemble autour de Jésus pour “écouter la Parole de Dieu” (Lc 5, 1). Depuis une barque, Jésus enseigne. Puis, il interpelle Simon-Pierre pour l’inviter à avancer en eau profonde et à lâcher ses filets pour la pêche. Pierre émet des réserves, mais affirme cependant “Sur ta parole, je vais lâcher les filets”. Et la pêche miraculeuse est suivie de cette parole essentielle : “Désormais, ce sont des hommes que tu prendras” (Lc 5,10). Et c’est finalement la mise en route des quatre premiers disciples : “Laissant tout, ils le suivirent” (Lc 5,11).

Il y a dix ans, au début du troisième millénaire, cette page d’Evangile a été longuement commentée par le Bienheureux Jean Paul II dans sa lettre apostolique “Novo Millenio Ineunte” : “Duc in altum !. Cette parole résonne aujourd’hui pour nous et elle nous invite à faire mémoire avec gratitude du passé, à vivre avec passion le présent, à nous ouvrir avec confiance à l’avenir” (Au début du nouveau millénaire 1).

C’est ce que je voudrais vous proposer dans cette lettre. Faire mémoire et regarder l’avenir avec confiance en repartant du Christ, avec comme “programme l’Evangile et la tradition bien vivante de l’Eglise” (Au début du nouveau millénaire 29).

Introduction

A la lumière de ce que nous avons vécu ensemble dernièrement, je souhaiterais en effet relire avec vous quelques moments de la vie de notre Eglise en Val d’Oise. Récemment, nous avons, dans le recueillement et la communion, participé à de grands rassemblements avec l’Eglise diocésaine et l’Eglise universelle. Par ailleurs, lors des nombreuses rencontres, notamment à l’occasion des visites pastorales dans les paroisses et dans l’enseignement catholique, j’ai vu de multiples initiatives. Je me suis émerveillé de voir ainsi fleurir pour notre diocèse de belles espérances.

Or, depuis notre Jubilé diocésain, avec l’Eglise qui est en France, nous avons vécu, à Lourdes, un évènement important : Ecclesia 2007. Cette rencontre a été prolongée dans notre diocèse par cette journée inoubliable du samedi 7 mai 2011.
Ce jour là, nous avons fait une expérience spirituelle forte dans le Hall Saint Martin de Pontoise. Lors de ce rassemblement diocésain, Mgr Dufour, cheville ouvrière d’Ecclesia 2007, nous a introduits dans l’écoute et la méditation de la Parole de Dieu par cette catéchèse d’initiation confiée à toute l’Eglise.
Les multiples échos positifs de ce samedi 7 mai nous montrent que cette mise en actes d’Ecclesia 2007 chez nous dans le Val d’Oise a été pleinement réussie. Pour les participants de la délégation diocésaine à Ecclesia 2007, c’était un rappel de ce Congrès où nous avions goûté la Parole de Dieu dans la lectio divina en réalisant ainsi que la catéchèse est la responsabilité de toute l’Eglise.

Le 7 mai dernier, avec les milliers de participants, pour la plupart en responsabilité, nous sommes revenus chez nous réconfortés dans notre foi et dynamisés dans notre mission. Celle-ci, nous le savons, est difficile, et nous rencontrons de nombreux obstacles et de multiples résistances sur notre route. Mais nous savons aussi que, l’Apôtre Paul - dans le souvenir de l’année qui lui était consacrée - a dû surmonter, lui aussi, de nombreuses difficultés.
Vingt siècles plus tard, comme les Athéniens de l’Aréopage (Act 17, 22-33), nous voyons nos contemporains se détourner de l’annonce de l’Evangile, et, dans le même temps, des convertis et des recommençants demander à l’Eglise les sacrements de l’initiation : le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie. Ainsi, aujourd’hui comme dans le passé, nous pouvons témoigner de l’action de l’Esprit-Saint dans le cœur d’hommes et de femmes qui cherchent à donner un sens et une spiritualité à leur vie.

A la lumière de ce rassemblement diocésain et des JMJ de Madrid, ainsi qu’à la lumière des multiples rencontres avec vous tous dans le diocèse, je voudrais donner cinq priorités, s’inscrivant dans la suite des orientations diocésaines.

1) Les jeunes

Emerveillés par les 600 jeunes Valdoisiens ayant participé aux magnifiques JMJ en Espagne, avec eux, les prêtres, les accompagnateurs et moi même revenons dans le Val d’Oise comme au lendemain de la Pentecôte. A leur retour, ces jeunes témoignent de ce qu’ils ont vécu. Lors du pèlerinage à Notre Dame de Pontoise, en relisant ensemble cet évènement, nous avons noté leur réelle aspiration à faire fructifier localement les grâces reçues lors de ces JMJ.
Saurons-nous leur donner la place ainsi que je le souhaitais dans la 4ème orientation de 2006 ? Saurons-nous les accueillir dans nos communautés et leur permettre de vivre, d’approfondir et de partager l’enthousiasme de leur foi ?

En voyant les jeunes dans les multiples rassemblements qui leur soit consacrés comme les JMJ, Chartres, le Frat, Taizé, ainsi que dans les aumôneries d’étudiants, les mouvements, les groupes de prière et lors des missions d’évangélisation, je constate avec bonheur leur ferveur, ainsi qu’un désir profond et une capacité à être acteurs de la mission.

En février prochain, lors de notre session diocésaine, nous aurons l’occasion de réfléchir ensemble sur l’évangélisation des jeunes avec les joies et les difficultés de cette exaltante mission.

2) Ressourcement spirituel

Vous vous souvenez aussi de la première orientation de la lettre pastorale de 2006 concernant le ressourcement spirituel.
Les Conseils Pastoraux, les Equipes d’Animation Pastorale, les équipes diocésaines, les multiples groupes qui prennent le temps de prier ensemble ou de faire une retraite communautaire reconnaissent combien cela les dynamise dans leurs responsabilités et affermit en eux le désir d’une plus grande action pastorale. De fait, ce soutien se réalise de différentes manières, notamment par les retraites dans la vie, les sessions ou encore les journées de formation diocésaine dont le succès est croissant.

Pour permettre ce ressourcement spirituel, un lieu était nécessaire. Lors du rassemblement pour la clôture du Jubilé des 40 ans du diocèse, le 26 novembre 2006, j’annonçais la création d’un Centre Spirituel Diocésain.
Quelques mois plus tard, celle- ci se réalisait dans une alliance avec les équipes Notre-Dame à la Maison Massabielle à Saint-Prix. Ce fut une décision unanimement appréciée puisque nombre de diocésains viennent régulièrement en ce lieu pour une journée, une retraite ou une session. L’an dernier, un concours de circonstances nous a permis d’acquérir la Maison Saint- Joseph, en face de Massabielle, et d’assurer ainsi la croissance de ce Centre Spirituel Diocésain.

En ce début d’année pastorale, le 2 septembre, avec les équipes Notre Dame, nous avons lancé “l’Atelier de l’Alliance” Massabielle/Saint- Joseph. Ce fut un beau moment porteur d’une grande espérance pour le diocèse. Ce lieu de ressourcement est à la disposition de tous, quels qu’en soient l’âge, l’origine et la paroisse.

3) Les Vocations

L’année sacerdotale 2009-2010 a été vécue partout avec la conscience de l’importance du sacerdoce dans la vie de l’Eglise. Ici, dans le Val d’Oise, comme partout dans le monde, nous avons entendu l’invitation à ce temps fort “pour promouvoir un engagement de renouveau intérieur de tous les prêtres”, comme l’avait demandé Benoit XVI. Puis il ajoutait qu’il évoquait “avec tendresse et reconnaissance l’immense don que sont les prêtres non seulement pour l’Eglise mais pour l’humanité elle-même”.

En prolongement à cette année sacerdotale, notre Eglise en Val-d’Oise a eu la grâce de célébrer l’ordination de quatre prêtres diocésains le 26 juin dernier. Dans la cathédrale St-Maclou, nous étions très nombreux à vivre dans la joie cet “évènement”. De l’avis général, ce fut un moment marquant pour tous, pour les nouveaux prêtres et leurs familles, pour le presbyterium et pour les heureux témoins de ce temps de grâces pour notre Eglise particulière. Quelle richesse dans les origines aussi diverses de ces quatre prêtres ! Quelle belle et grande fraternité les unit ! Émerveillons nous aussi de la qualité liturgique de cette célébration !

Dans la lettre pastorale de 2006, une orientation était donnée : “Oser appeler”. Elle invitait à mettre en œuvre “une culture de l’appel” enracinée dans la prière ardente pour les vocations. J’y faisais mention des vocations sacerdotales et religieuses. Cinq ans plus tard, dans l’action de grâces, je me réjouis vivement pour ces jeunes entrés dans une formation au séminaire ainsi que pour ces jeunes filles qui ont choisi la vie religieuse dans diverses communautés. Confortons toujours cette culture de l’appel. Jeunes, n’ayez pas peur de répondre à l’appel du Seigneur dans la disponibilité.
J’encourage également les équipes pastorales et responsables des mouvements et services à s’interroger à partir du récent document sur “l’interpellation au diaconat permanent”. Et je souhaite enfin un renouvellement pour les responsables laïcs. Je réitère donc cet appel : “Osez appeler des personnes à prendre des responsabilités dans vos communautés. Faites leur confiance. Aidez-les à se former. Accompagnez-les de votre prière et de votre soutien discret et efficace”.

4) Les familles

En cette année, de nombreux diocèses de France ont proposé des initiatives en faveur de la famille. Auparavant, le Bienheureux Jean-Paul II et son successeur ont publié de nombreuses réflexions sur la famille, tel le document Familiaris Consortio, exhortation apostolique faisant suite au Synode sur la Famille. Depuis 30 ans, j’aime à répercuter l’appel du Pape : “L’avenir de l’humanité passe par la famille” (Familiaris Consortio 86).

A l’image des JMJ, des rencontres mondiales des familles ont lieu tous les trois ans dans une grande ville du monde : Valence en 2006, Mexico en 2009 et Milan du 31 mai au 3 juin 2012. Lors de ces rassemblements, nous est rappelé ce qu’est la famille, “un lieu privilégié où toute personne apprend à donner et à recevoir de l’amour” (Benoit XVI, le 8 juillet 2006 à Valence), ou encore “un bien nécessaire pour les peuples, fondement indispensable pour la société et grand trésor pour les époux durant toute leur vie” (cf Décret Conciliaire sur l’Apostolat des laïcs 11).

Cette réflexion et cette prière au niveau de l’Eglise universelle sont proposées en cette année dans notre pays, grâce à des colloques - comme les Assises Nationales pour la Famille à Paris le 1er octobre - ou ces rassemblements, notamment “le Rendez vous des Familles” à Lourdes les 29 et 30 octobre prochains. J’encourage très vivement tous ceux qui le souhaitent à y participer en lien avec la Pastorale de la Famille et le Service Diocésain des Pèlerinages.

5) Les paroisses

Dans notre diocèse, les paroisses sont vivantes. Chaque dimanche, lors d’installations de nouveaux curés, lors de confirmations ou d’évènements particuliers, j’en suis le témoin heureux.
Rappelons ici avec Vatican II ce qu’est une paroisse, “une Eglise visible” où se déploie la vie liturgique, particulièrement le dimanche, en communion avec l’Evêque (Constitution Conciliaire sur la Liturgie 42), “une communauté des fidèles” (Canon 515,1) et “une communauté eucharistique”.

La paroisse ! Lieu essentiel où se retrouvent tous les âges et toutes les conditions. L’Exhortation Apostolique sur les Laïcs, fidèles du Christ souligne l’importance de celle-ci. Parfois, la paroisse n’est pas très riche en personnes et en moyens ou elle est “indiscernable au milieu de quartiers modernes”. Cependant, elle est vraiment “la famille de Dieu qui n’a qu’une âme” et encore “une maison de famille fraternelle et accueillante” (Christifideles laici 26).

La paroisse est le lieu privilégié pour permettre aux baptisés d’entrer dans cette communion qui est “un Corps vivant et agissant” (Christifideles laici 20). Et, dans ce Corps, il y a une grande diversité, nous souvenant de l’image utilisée par Saint Paul (1 Co 12). Chacun est invité à participer à la vie de la paroisse par l’accueil, la liturgie, la catéchèse, le catéchuménat, l’équipe d’animation pastorale, le conseil pastoral ou économique et les différents groupes caritatifs... “Tous appelés à travailler à la vigne du Seigneur” (Christifideles laici 1).

Pourtant, il ne faut pas restreindre la vie de l’Eglise à une participation ou à une activité particulière, la paroisse n’étant pas un réseau associatif rassemblant des membres actifs. Des paroissiens apparemment passifs peuvent avoir une action à l’extérieur de la communauté paroissiale en se ressourçant spirituellement dans cette communauté.
La paroisse est d’abord un lieu d’ouverture pour tous. Lors des grands moments de l’existence - naissance, mariage, décès - les membres chargés de l’accueil sont alors présence de l’Eglise pour ceux qui frappent à la porte (voir : La paroisse en mouvement, Dominique BARNERIAS – DDB 2011)

La paroisse est aussi un lieu de projets. En 2006, j’invitais à développer un dynamisme missionnaire en invitant chacune à se donner un objectif, aussi modeste soit-il. Un théologien invite à passer de la “logique du guichet” à la “logique du projet” où l’on apprend à être partenaire dans une destinée commune (Alphonse Borras, Paroisses et Ministère p.123). Nous le savons, un projet mobilise des énergies lorsque des membres d’une communauté participent à son élaboration, puis à sa réalisation.

Enfin, dans les paroisses plus importantes, il est nécessaire de développer de petites communautés. La communion ecclésiale y est plus sensible et la fraternité chrétienne plus réelle, comme c’est le cas dans les nombreux groupes d’action catholique ou de spiritualité particulière. Dans son texte sur les fidèles laïcs, Jean Paul II reconnait que “le laïc n’a pas le droit de se renfermer sur lui-même en s’isolant, mais qu’il doit vivre en un partage continuel avec les autres” (Christifideles laici 20). En écho, nous entendons la phrase de Benoit XVI aux jeunes à Madrid : “On ne peut pas suivre Jésus en solitaire.” (Homélie du Dimanche 21 Août).

En route vers Diaconia 2013. Dans la lettre pastorale de 2006, la troisième orientation invitait à “promouvoir une Eglise servante et solidaire”.
Je soulignais que “toute l’Eglise et toute communauté chrétienne est appelée à être diaconale”. Souvenons nous ici de la première encyclique de Benoit XVI dans laquelle il rappelait la nature profonde de l’Eglise s’exprimant dans une triple tâche : l’annonce de la Parole de Dieu (kerygma), la célébration des Sacrements (leitourgia) et le service de la charité (diakonia), trois tâches qui s’appellent les unes les autres et qui ne peuvent être séparées (Deus caritas est 25).

De fait, la charité n’est pas pour l’Eglise une sorte d’activité d’assistance sociale qu’on pourrait laisser à d’autres, mais elle est inhérente à sa nature. Et le Pape insistait : “l’exercice de la charité est un acte de l’Eglise en tant que telle et, au même titre que le service de la Parole et des Sacrements, elle fait partie, elle aussi, de son essence et de sa mission originaire” (N° 32).
Depuis, notre diaconie diocésaine a pris forme. Je m’en réjouis. Entrons plus profondément et activement dans la démarche “Diaconia 2013”, dont l’une des étapes importantes sera l’invitation à participer au rassemblement national à Lourdes pour l’Ascension 2013. Durant les mois à venir, partout, dans les paroisses, les aumôneries, les services, vous partagerez et vivrez cette dimension de la diaconie dans la vie de l’Eglise. Et, comme la Parole de Dieu est confiée à tous - ainsi que nous l’avons découvert avec Ecclesia 2007 - nous réaliserons l’importance de la charité dans notre propre vie chrétienne et dans l’Eglise.

Conclusion

Au terme de cette lettre pastorale, permettez-moi de reprendre deux exhortations. Celle de Jésus lui- même adressée au premier Apôtre, Pierre : “Avance au large”. Ensuite, celle de l’Apôtre Paul aux Colossiens, choisie comme thème des JMJ 2011 : “enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi” (Col 2, 7).

Saint Pierre et Saint Paul, sont les colonnes de l’Eglise, comme on peut le voir devant la basilique Saint Pierre à Rome. Et le successeur de Pierre, Benoît XVI nous a exhortés à nous “enraciner” plus profondément en Christ personnellement et au sein des familles et des communautés. Il a insisté “pour nous laisser affermir dans la foi” par la méditation de la Parole de Dieu, les Sacrements et le ressourcement spirituel.

Le Saint Père, dans sa méditation de dimanche, a rappelé l’importance de la mission : “Aujourd’hui, nous vivons une époque de nouvelle évangélisation.
De vastes horizons s’ouvrent à l’annonce de l’Evangile alors que des régions d’antique tradition chrétienne sont appelées à redécouvrir la beauté de la foi. Les protagonistes de cette mission sont des hommes et des femmes qui, comme Saint Paul, peuvent dire : ‘Pour moi, vivre c’est le Christ’ (Ph 1, 21)” (Angelus, dimanche 18 Sept.2011).

Là où nous sommes, “là où le Seigneur nous a plantés” (Saint François de Sales), ici dans le Val d’Oise, soyons heureux de vivre notre foi en Eglise.

21 septembre 2011,
en la fête de Saint Matthieu

Mgr Riocreux
évêque de Pontoise

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

juillet 2018 :

Rien pour ce mois

juin 2018 | août 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour