Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Les-beatitudes-Un-chemin-vers-la-saintete
        Les béatitudes : Un chemin vers la sainteté

Les béatitudes : Un chemin vers la sainteté

Le projet de Dieu est de nous libérer de tous les esclavages, de tout ce qui nous empêche de vivre de sa vie pour vivre de sa vie.


C’est le Royaume qu’il veut pour nous. Pour notre plus grande joie, POUR QUE NOUS SOYONS HEUREUX. Mais tant et tant de choses peuvent nous retenir loin de Lui. Nous sommes attachés à ce que nous possédons, à ce que nous réalisons, et surtout à l’idée de nous hisser au-dessus du lot, à celle de réussir par nous-mêmes, à tel point qu’il est difficile pour nous d’accueillir le message des Béatitudes.

Charles Péguy le disait bien :

« Parce qu’ils ne sont pas blessés, ils ne sont pas vulnérables.
Parce qu’ils ne manquent de rien, on ne leur apporte rien.
Parce qu’Ils ne manquent de rien, on ne leur apporte pas ce qui est tout.
La charité même de Dieu ne guérit pas celui qui n’a pas de plaies. »

Alors les petites gens, les personnes dans le besoin, les faibles, les humbles se laissent plus facilement toucher par Dieu. Les pauvres de cœur savent qu’ils ont besoin des autres, d’un Autre d’où leur viendra le salut. Ils sont plus sensibles à la justice et à la vérité. C’est en eux que JESUS SE RECONNAIT. Saint Paul souligne bien que c’est parmi eux que le Seigneur a trouvé à Corinthe tes premiers chrétiens prêts à répondre à son appel.

C’est avec eux et par eux que Dieu sauve l’humanité.

Ecoutons encore ce que dit le Pape François dans Laudato si [223] :

La sobriété vécue avec liberté et de manière consciente est libératrice. Ce n’est pas moins de vie, mais tout le contraire. Car ceux qui vivent mieux chaque moment, sont ceux qui cessent de picorer ici et là en cherchant toujours ce qu’ils n’ont pas. Ils font l’expérience de ce qu’est valoriser chaque personne et chaque chose. Ils apprennent à jouir des choses les plus simples. Ils ont ainsi moins de besoins insatisfaits et sont moins fatigués et moins tourmentés.
On peut vivre intensément avec peu, surtout quand on est capable d’apprécier d’autres plaisirs et qu’on trouve satisfaction dans les rencontres fraternelles, dans le service, dans l’art, le contact avec la nature et dans la prière.
Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent, en nous rendant disponibles aux multiples possibilités qu’offre la vie.

Père Dominique

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

novembre 2018 :

Rien pour ce mois

octobre 2018 | décembre 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour