Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/LES-RETOURS-DU-QUESTIONNAIRE
      LES RETOURS DU QUESTIONNAIRE

LES RETOURS DU QUESTIONNAIRE

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 janvier 2018
  • réagir

L’année dernière – ce n’est pas si loin – un questionnaire a été lancé dans notre groupement, invitant chacun à s’exprimer sur le devenir de nos communautés chrétiennes.


Une centaine de réponses nous sont parvenues, et je tiens tout d’abord à remercier ceux qui ont consacré du temps à ces réponses. Ils manifestent, et cela est bon à entendre, qu’ils tiennent à l’Eglise et se sentent concernés par sa vie et sa mission. Au-delà des réponses formulées, je suis sûr que cela a été l’occasion de discussions profondes et de mises en route. Nous voudrions, dans les semaines à venir, poursuivre la réflexion et le dialogue.
En première lecture (nous en sommes à ce stade) deux traits marquants apparaissent. Le premier (et ce n’est pas moi qui m’en plaindrai), c’est l’importance accordée à la messe dominicale : la forme de la liturgie et des chants, la dimension vitale de l’eucharistie pour rassembler la communauté, la qualité de la prière, de l’ambiance fraternelle, de l’accueil… font l’objet de nombreuses contributions. La messe dominicale apparait comme un lieu décisif – qui concentre la vie de la communauté, au risque peut-être de la charger un peu trop…
Le second, c’est la grande diversité des attentes ; et ce qui satisfait l’un ne satisfait pas forcément l’autre, en particulier sur la messe dominicale… Il est important que chacun exprime son point de vue personnel, ce qu’il aime et ce qu’il espère ; nous accueillons tout cela avec attention et désir d’en tenir compte. Mais en même temps, il apparait clairement qu’il n’existe pas de solution idéale qui répondrait aux attentes de chacun.
Le travail que nous avons maintenant à faire - nous tous ensemble, et pas nous les prêtres… - est de passer de ces aspirations personnelles diverses à un projet commun. Ne pas simplement se demander ce que j’attends de la paroisse, mais nous accorder sur ce qui est bon pour elle, ce qui lui permettrait d’être davantage chrétienne. « Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres » (Ph 2, 4) : c’est vrai aussi au plan des intérêts spirituels…
Finalement, dans la paroisse on ne cherche pas d’abord à trouver ce qu’on aime, mais à aimer ceux qu’on y trouve ! Car c’est dans le corps que nous formons dans le Christ que nous entrons en communion avec Dieu. On rejoindra alors l’attente, presque unanimement exprimée, de davantage de rencontres et de fraternité… En route donc !
Père Samuel

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour