Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Il-nait-de-la-Vierge-Marie
        Il naît de la Vierge Marie !

Il naît de la Vierge Marie !

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 20 décembre 2014
  • réagir

En cette veille de Noël où nous nous hâtons à la rencontre du Seigneur, comment ne pas marquer opportunément une halte pour regarder et contempler le visage de Marie acquiesçant au projet de Dieu ?


N’allons pas au Fils sans porter attention à la Mère ! C’est une délicatesse filiale que Dieu lui-même inspire en envoyant un ange à Marie, sa créature, pour lui annoncer qu’elle va concevoir et enfanter le Sauveur. Cette délicatesse prend dans notre vie spirituelle la forme d’une dévotion mariale en faveur de laquelle nous donnons sans cesse à Marie la place que Dieu, le premier, lui a incomparablement disposée. Alors, Marie compte-t-elle vraiment pour nous ? A celle qui a intimement collaboré à l’œuvre de Dieu dans une pleine fidélité à son oui, redisons sans cesse les mots de l’ange Gabriel : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi ».

Puisque Jésus a pris chair dans le sein d’une femme et d’une Vierge, sa naissance apparaît à la fois commune et exceptionnelle. Il naît de Marie, ce qui signifie que pour venir parmi nous, Jésus emprunte le même chemin que nous. Il vit l’ineffable passage dans le sein maternel ; il se forme comme un corps et comme une personne... puis il naît petit enfant. Il grandit ensuite « en taille et en sagesse » (Lc 2, 40.52), déployant étonnamment une entière et pleine humanité. Alors, quand nous professons que Jésus est né d’une femme, nous admirons l’œuvre divine par laquelle Marie est devenue Mère de Jésus, Fils de Dieu, et nous affirmons aussi toute la réalité de l’existence humaine de Jésus : ‘Il est homme né d’une vraie femme sous le regard d’un vrai homme’, pourrait-on dire en empruntant les termes de notre Credo.

Il faut en même temps affirmer que Jésus naît d’une Vierge, ce qui pointe l’initiative absolue de Dieu et indique que Jésus n’a que Dieu pour Père. Aussi est-il « naturellement Fils de son Père par sa divinité, naturellement fils de sa mère par son humanité, mais proprement Fils de Dieu dans ses deux natures » (Concile de Frioul, 796). Tel est le mystère au seuil duquel nous serons encore portés en ces jours de fête. Marie est dite heureuse pour avoir cru « à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur » (Lc 1, 45).

Choisissons d’être heureux à la manière de Marie !

Père Pamphile DJOKPÉ

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

décembre 2018 :

Rien pour ce mois

novembre 2018 | janvier 2019

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour