Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Editorial

Editorial

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 14 février 2016
  • réagir

Notre société valorise volontiers les winners : ceux qui réussissent, qui sont riches, qui ont de l’influence ...


Plus largement, elle s’est construite sur le mythe d’un homme moderne devenu autonome, débarrassé de ses vieilles dépendances et superstitions, maîtrisant le monde. Parfois au risque d’oublier l’essentiel...

Loin de moi l’idée de placer l’Eglise du côté des perdants ! Au contraire, Jésus nous révèle dans son combat au désert qui sont les vrais gagnants dans ce monde : non pas ceux qui ont tout comme ils veulent, non pas ceux qui dominent, non pas ceux qui éblouissent, mais ceux qui sont victorieux des tentations du Mauvais. Voilà finalement le seul combat qui mérite d’être gagné !

Ce combat, Jésus le mène pour nous au désert, et jusqu’à la victoire de la Croix. Et il triomphe non par la force qu’il aurait en lui-même, mais par sa confiance envers le Père. Là où le démon voudrait lui faire croire que sa condition de Fils de Dieu l’établit dans une sorte de toute-puissance qu’il pourrait exercer selon ses désirs, il choisit la vulnérabilité de celui qui consent à la faim, à la faiblesse, et s’appuie sur son Père pour recevoir de lui ce dont il a besoin.

Le vrai vainqueur, c’est celui qui n’est pas aveuglé par ses désirs de puissance ; celui qui accepte sa vulnérabilité et choisit de s’en remettre au Père ; celui qui accepte de dépendre du Père, est libéré de lui-même et s’ouvre ainsi à une relation nouvelle et fraternelle aux autres : victoire de l’amour !

Cette bonne nouvelle d’une vie libérée de la pression de la réussite, de l’amour qui se déploie dans la vulnérabilité, nous pouvons l’apprendre tout particulièrement auprès des malades. En ce dimanche de la santé, nous sommes invités à les mettre au cœur de notre communauté : dans l’attention qu’ils sollicitent, ils sont aussi pour nous source de miséricorde. De ce compagnonnage si fécond, les membres du service évangélique des malades comme ceux de de l’Hospitalité de Lourdes peuvent en témoigner.
Et peut-être est-ce l’occasion rêvée de répondre à l’appel de notre évêque à devenir « pèlerins de la miséricorde » :

« En cette année doublement jubilaire pour notre diocèse de Pontoise, je vous invite à nous mettre en route vers Lourdes. Heureux de fêter les 50 ans de notre diocèse avec Marie, et sûrs de vivre une expérience forte de la miséricorde dans ce lieu de grâce et de compassion, venez nombreux recevoir et partager la miséricorde infinie de notre Dieu à Lourdes ! »

Que ce soit en accompagnant les malades, ou de bien d’autres manières ... (voir informations à l’intérieur)

P. Samuel

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour