Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/Echo-d-une-soutenance-de-these
        Écho d’une soutenance de thèse !

Écho d’une soutenance de thèse !

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 4 février 2017
  • réagir

Chers amis, je partage avec vous un petit extrait de la présentation que j’ai faite à l’occasion de la soutenance de ma thèse. Vous y trouvez quelques-unes des convictions que je porte.


« Henri de Lubac ne propose pas une théologie systématique du péché mais la conception qu’il en a permet de parler du péché autrement , c’est-à-dire non seulement de manière autre, différente, mais plus encore de manière à toujours voir autre chose, la relation avec Dieu et avec les autres, la liberté, la détermination personnelle, la possibilité de choisir le bien ou le mal, la grâce, etc. Parler du péché autrement, voire positivement et de manière libérante, en se situant au niveau fondamental où l’homme est placé, re-placé devant Dieu pour s’entendre dire en continu : « Tu es créé et tu es aimé, tu es appelé et ta réponse est toujours attendue et entendue… » Voilà ce qui est originel et toujours actuel. Voilà d’où vient la lumière qui éclaire toute l’existence de l’homme et qui permet de discerner « le péché du péché », dans le rapport à Dieu, qui implique la relation aux autres et à soi-même.

En lien avec ce qui précède, parler du salut autrement . Il me semble que le mot même de salut, quand il n’est pas suffisamment éclairé ou explicité, finit par véhiculer sur l’homme une idée quelque peu négative parce qu’il est compris globalement, en raison d’une grande insistance sur le péché, comme « un sauvetage », selon les termes de Lubac. Je me demande si ce que nous disons sur le salut indique assez et sans ambiguïté qu’il s’agit bien d’une œuvre éminente d’accomplissement plénier de soi sous le regard de Dieu, qui fait grâce. J’ai compris, à l’école de Lubac, que le salut concerne la totalité de l’existence humaine : « tout l’homm », selon l’expression de Paul VI. Dieu sauve l’homme du péché certes, mais Dieu sauve déjà ce que l’homme est de grand, de beau, de fort et ce qu’il fait de bien en le transformant et en l’élevant. Il me semble que ce second aspect est même premier. Si je me permets une comparaison, c’est une imprudence qui peut être préjudiciable que de procéder au dépannage d’un ordinateur sans commencer par faire une sauvegarde de données. Dieu ne sauve pas l’homme du péché sans « sauver et garder » en lui sa beauté originelle et sa bonté existentielle. Il le sauve donc même quand il n’a pas péché .

Le salut est donc une œuvre positive et dynamique dans laquelle, par une décision libre, sans cesse renouvelée et accompagnée par la grâce, la créature humaine cherche d’elle-même son Créateur, choisissant le choix de celui-ci de lui donner la vie en plénitude. En ce sens, le salut est une œuvre tout à la fois pleinement divine et pleinement humaine. »

Père Pamphile DJOKPÉ

1 réaction


4 février 2017 18:01, par Lepuillandre Robert
Merci Pamphile, et félicitations pour ce bon travail !Question : il faudrait maintenant compléter cette réflexion sur le salut/peche par une autre sur le sacrement de réconciliation ? Encore félicitations, Robert 

'; $text= str_replace("

","

",$texte); $text= str_replace("

","

",$texte); $text= str_replace("

","

",$text); ?>
 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

novembre 2018 :

Rien pour ce mois

octobre 2018 | décembre 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour