Groupement Notre-Dame, paroisses d’Eaubonne, Saint-Prix, Montlignon, Margency
http://groupementnotredame95.com/CRUAUTE-ET-BEAUTE-SUR-LA-MAEME-CROIX
      CRUAUTE ET BEAUTE SUR LA MEME CROIX !

CRUAUTE ET BEAUTE SUR LA MEME CROIX !

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 19 mars 2018
  • réagir

Notre foi chrétienne est habitée par un paradoxe vivifiant


celui de la croix, un paradoxe qu’il n’est pas toujours facile d’assumer et de surmonter. En effet, la croix de Jésus est sans conteste « le bois de la mort » ; pourtant elle est bien aussi « l’arbre de vie » par lequel sont procurés à nos âmes guérison et salut. Sur la croix, Jésus est dépouillé et humilié par les hommes ; pourtant il y est aussi exalté et glorifié par Dieu son Père. Paradoxe, l’instrument d’un supplice cruel est en même temps l’instrument du salut universel. L’Église l’honore même sous le vocable de « Croix glorieuse », consacrant ainsi le paradoxe évoqué. Avant de célébrer bientôt la Passion de notre Seigneur Jésus, apprenons encore avec l’Église notre mère à porter un regard entier sur la croix. Que voyons-nous en la regardant ? De la cruauté ? Bien évidemment ! De la beauté, de la grandeur ? Oui, aussi, mais il faut savoir la voir et la contempler.
Signe du don total du Christ, la croix livre sans bruit une parole éternelle qui peut être cachée. Dieu au cœur ouvert, Dieu aux bras ouverts, Dieu à la main toujours tendue, Dieu qui Se donne à l’homme et pour lui..., voilà ce que rappelle continuellement la croix. Qu’un arbre ne cache donc pas la forêt, que la souffrance n’occulte pas l’immense amour de Dieu manifesté sur la croix ! Nous sommes touchés par les souffrances du Christ en croix au point de pleurer intérieurement sur Lui comme les femmes de Jérusalem (cf. Lc 23,20), mais nous devons être plus encore touchés par tant d’amour en nous rendant compte que, sur la croix, Jésus aime plus que nulle part, qu’Il embrasse tout et qu’Il donne tout jusqu’à sa propre vie.
Du sommet de sa croix, Jésus accueille, Il recueille toute l’humanité en Lui, Il la relève et Il l’élève jusqu’à sa propre stature. « Et moi, dit-Il, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » (Jn 12, 32) Là est la beauté de la croix qui en assume la cruauté en la transformant ! Beauté qui est celle même du don de l’amour en plénitude.
Le Crucifié ouvre ses bras et veut toujours nous prendre avec Lui pour assurer fécondité et sûreté à nos existences. Lui, pour qui la nuit comme le jour est lumière, fait de Sa propre mort une véritable source de vie, comme le grain de blé qui tombe en terre et qui porte du fruit en mourant. En Lui, chacun de nous est « comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt » (Ps 1, 3). Que le chemin de carême nous rapproche davantage de Lui !
Père Pamphile DJOKPÉ

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

Diocèse du Val d'Oise

homelie

avril 2018 :

Rien pour ce mois

mars 2018 | mai 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour